Les Etats-Unis suspendent le prêt de chiens détecteurs d’explosifs à l’Egypte et la Jordanie

Face au décès de plusieurs chiens renifleurs mis à disposition du Caire et de Amman, Washington a décidé de sévir.

Le département d’Etat américain a décidé de prendre des sanctions à l’encontre de l’Egypte et de la Jordanie dans un dossier assez méconnu de la coopération diplomatique en matière de lutte contre le terrorisme. A savoir, la fourniture de chiens spécialisés dans la détection d’explosifs.

Dans les faits, l’inspection générale US a constaté de nombreuses négligences dans le traitement de ces Sherlock Holmes à quatre pattes par les autorités des pays concernés. Plusieurs canidés ont en effet perdu la vie durant leur séjour à l’étranger. Et cela, pour des raisons évitables, comme des empoisonnements, des coups de chaleur ou encore des maladies liées à un manque de soin évident. Un triste constat que n’a pas manqué de fustiger Washington dans un communiqué en date du 23 décembre :

« Chaque mort d’un chien sur le terrain est un événement extrêmement triste. Nous prendrons toutes les mesures possibles pour empêcher que cela se reproduise. (Ces derniers) jouent un rôle crucial dans nos efforts de contre-terrorisme à l’étranger et pour sauver des vies américaines. »

Dix pays dans l’œil du cyclone

Selon RFI, qui relaie le rapport de l’oncle Sam, il est apparu que trois des dix chiens fournis en 2019 à l’Égypte sont par exemple décédés prématurément. L’un d’un cancer des poumons, le deuxième d’une pathologie de la vésicule biliaire, et le troisième en raison d’une exposition à de trop fortes températures. Concernant la Jordanie, un chien a perdu la vie récemment faute de traitements adéquats, et un autre a dû être euthanasié à son retour aux États-Unis.

Pour information, l’inspection générale avait déjà tiré le signal d’alarme dès l’été 2o17 pour huit autres nations (dont le nom n’a pas filtré) dans la prise en charge de 135 malinois, bergers allemands, labradors ou autres chiens formés à la détection d’explosifs et participant à ce programme de coopération contre-terroriste.

A lire aussi : Le barrage éthiopien de la Renaissance sur le Nil Bleu inquiète l’Egypte

Partages