Israël : Nétanyahou semble se rapprocher de la victoire aux législatives

La formation d’un gouvernement de coalition pourrait prendre des semaines de négociations.

L’ancien Premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, semblait se diriger vers la victoire, mercredi matin, avec 80 % des bulletins de vote des élections nationales dépouillés, montrant que les électeurs lui ont donné, ainsi qu’à ses alliés d’extrême droite, ce qui semble être une majorité stable au Parlement du pays.

« Une très grande victoire »

Les votes étaient encore en cours de dépouillement et les résultats n’étaient pas définitifs. Mais si les indications préliminaires sont correctes, Israël se dirige potentiellement vers son gouvernement le plus à droite, soutenu par un fort score du parti ultranationaliste du sionisme religieux, dont les membres utilisent une rhétorique anti-arabe et anti-LGBTQ incendiaire.

« Les premiers résultats indiquent un glissement continu vers la droite de l’électorat israélien, ce qui réduit encore les espoirs de paix avec les Palestiniens et ouvre la voie à un éventuel conflit avec l’administration Biden et les partisans d’Israël aux États-Unis », estime l’agence américaine Associated Press (AP).

Les premiers résultats ont également montré que M. Nétanyahou avait surmonté ses détracteurs, qui affirmaient qu’il n’était pas apte à gouverner alors qu’il était jugé pour corruption et qui ont refusé de siéger avec lui au gouvernement. Les partenaires de l’ancien Premier ministre ont promis de l’aider à échapper à une condamnation.

« Nous sommes sur le point de remporter une très grande victoire », a déclaré M. Nétanyahou, 73 ans, à ses partisans lors d’un rassemblement à Jérusalem tôt mercredi. « Je vais mettre en place un gouvernement nationaliste qui s’occupera de tous les citoyens israéliens sans aucune exception ».

Les responsables électoraux ont travaillé toute la nuit pour comptabiliser les votes et, mercredi matin, près de 80 % des bulletins avaient été comptés. Le vote, comme les élections précédentes, a été serré, mais les premières indications montraient que M. Nétanyahou se dirigeait de nouveau vers le poste de Premier ministre avec une majorité ferme au parlement israélien de 120 sièges.

Avec le leader de la droite dure et ses alliés, qui devraient remporter plus que la majorité de 61 sièges nécessaire pour former un gouvernement, la crise politique prolongée du pays pourrait se diriger vers une conclusion, mais le pays reste plus divisé que jamais.

« Rien n’est définitif »

Les élections de mardi étaient les cinquièmes en Israël en moins de quatre ans, et toutes ont été largement axées sur l’aptitude de M. Nétanyahou à gouverner. En procès pour une série d’accusations de corruption, Netanyahu, qui a nié tout acte répréhensible, est considéré par ses partisans comme la victime d’une chasse aux sorcières et vilipendé par ses opposants comme un escroc et une menace pour la démocratie.

Même si M. Nétanyahou et ses alliés sortent victorieux, la formation d’un gouvernement de coalition pourrait prendre des semaines de négociations.

M. Nétanyahou a été le Premier ministre le plus longtemps en poste en Israël, gouvernant pendant 12 années consécutives – et 15 ans au total – avant d’être évincé l’année dernière par une coalition diversifiée dirigée par le centriste Yair Lapid, l’actuel Premier ministre intérimaire.

Mais la coalition formée par M. Lapid, qui comprenait le premier parti arabe à se joindre à un gouvernement, a été décimée par des luttes intestines et s’est effondrée après seulement un an au pouvoir. Ces partis étaient en passe d’obtenir une cinquantaine de sièges, selon les premiers résultats.

M. Lapid, s’adressant à ses partisans tôt mercredi, a insisté sur le fait que la course n’était pas décidée. « Tant que la dernière enveloppe n’est pas comptée, rien n’est terminé et rien n’est définitif », a-t-il déclaré.

 

Crédits photo : Benjamin Nétanyahou (droite), alors Premier ministre d’Israël, en 2013 (Wikimedia Commons).

Partages