En Israël, les touristes du Golfe se font toujours attendre

« Nous devons promouvoir le tourisme pour que les gens se comprennent », a déclaré Amir Hayek, ambassadeur israélien aux EAU.

Lorsqu’Israël a conclu un accord avec les Émirats arabes unis en vue d’établir des liens diplomatiques en 2020, ce pays longtemps ostracisé au Moyen-Orient a éprouvé un sentiment électrisant de réussite. Les responsables ont insisté sur le fait que les nouveaux liens d’Israël avec les Émirats arabes unis, et peu après avec Bahreïn, dépasseraient le cadre des gouvernements et deviendraient des pactes de société, alimentant le tourisme de masse et les échanges amicaux entre des peuples longtemps opposés.

Mais plus de deux ans après la conclusion de ces accords, le flot attendu de touristes arabes du Golfe en Israël n’est guère plus qu’un filet d’eau. Bien que plus d’un demi-million d’Israéliens aient afflué à Abu Dhabi, riche en pétrole, et à Dubaï, riche en gratte-ciel, seuls 1 600 citoyens émiratis ont visité Israël depuis la levée des restrictions de voyage liées au coronavirus l’année dernière, a déclaré le ministère israélien du tourisme à l’Associated Press.

Le ministère ne sait pas combien de Bahreïnis ont visité Israël car, a-t-il dit, « les chiffres sont trop faibles ». « C’est toujours une situation très bizarre et sensible », a déclaré Morsi Hija, responsable du forum des guides touristiques arabophones en Israël. « Les Émiratis ont l’impression d’avoir fait quelque chose de mal en venant ici ». Selon les experts, le manque de touristes émiratis et bahreïnis reflète le problème d’image de longue date d’Israël dans le monde arabe et révèle les limites des accords d’Abraham.

« Une mission importante »

Alors même que le commerce bilatéral entre Israël et les Émirats arabes unis a explosé, passant de 11,2 millions de dollars en 2019 à 1,2 milliard de dollars l’année dernière, la popularité des accords dans les Émirats arabes unis et à Bahreïn s’est effondrée depuis leur signature, selon une enquête du Washington Institute for Near East Policy, un groupe de réflexion américain.

Aux Émirats arabes unis, le soutien est tombé de 47 % à 25 % au cours des deux dernières années. Au Bahreïn, à peine 20 % de la population soutient l’accord, contre 45 % en 2020. Pendant ce temps, Israël et les militants de Gaza ont mené une guerre dévastatrice et la violence en Cisjordanie occupée a atteint son niveau le plus élevé depuis des années.

Les responsables israéliens affirment que le tourisme des pays du Golfe vers Israël est la pièce manquante qui permettrait de faire évoluer les accords au-delà des liens sécuritaires et diplomatiques. Les visites touristiques en provenance d’Égypte et de Jordanie, les deux premiers pays à avoir conclu la paix avec Israël, sont également pratiquement inexistantes. « Nous devons encourager les Emiratis à venir pour la première fois. C’est une mission importante », a déclaré Amir Hayek, ambassadeur israélien aux EAU. « Nous devons promouvoir le tourisme pour que les gens se connaissent et se comprennent ».

Des responsables israéliens du tourisme se sont rendus aux Émirats arabes unis le mois dernier dans le cadre d’une campagne de marketing visant à faire passer le message qu’Israël est une destination sûre et attrayante. Le ministère a déclaré qu’il présentait désormais Tel-Aviv – le centre commercial et de divertissement d’Israël – comme une grande attraction pour les Emiratis.

Les agents touristiques affirment que, jusqu’à présent, le pari sur Jérusalem s’est retourné contre eux. L’agitation qui règne dans la ville contestée a rebuté les Emiratis et les Bahreïnis, dont certains ont dû faire face à la réaction des Palestiniens qui considèrent la normalisation comme une trahison de leur cause. La lutte palestinienne pour l’indépendance vis-à-vis d’Israël bénéficie d’un large soutien dans le monde arabe.

Gouvernement ultranationaliste

« Il y a encore beaucoup d’hésitation de la part du monde arabe », a déclaré Dan Feferman, directeur de Sharaka, un groupe qui promeut les échanges interpersonnels entre Israël et le monde arabe. « Ils s’attendent à ce qu’Israël soit une zone de conflit, ils s’attendent à être victimes de discrimination ». Après avoir dirigé deux voyages de Bahreïnis et d’Émiriens en Israël, Sharaka a eu du mal à trouver davantage de citoyens arabes du Golfe intéressés par une visite, a-t-il dit.

La crainte du racisme anti-arabe en Israël peut faire fuir les Arabes du Golfe, avance l’agence de presse américaine Associated Press. L’été dernier, la police israélienne a arrêté par erreur deux touristes émiratis à Tel-Aviv alors qu’elle recherchait un criminel ayant effectué une fusillade en voiture. Certains Emiratis se sont plaints sur les médias sociaux d’avoir fait l’objet d’une attention indésirable de la part des responsables de la sécurité à l’aéroport Ben-Gourion d’Israël.

« Si vous les faites venir ici et que vous ne les traitez pas avec tact, ils ne reviendront jamais et diront à tous leurs amis de ne pas venir », a déclaré Morsi Hija.

Benjamin Nétanyahou, qui est revenu pour un sixième mandat de Premier ministre la semaine dernière, s’est engagé à renforcer les accords avec le Bahreïn, le Maroc, les EAU et le Soudan. Les liens formels avec ce dernier restent insaisissables à la suite d’un coup d’État militaire et en l’absence d’un parlement pour ratifier son accord de normalisation avec Israël, négocié par les États-Unis. En tant qu’architecte principal des accords, Nétanyahou espère également élargir le cercle des pays et conclure un accord similaire avec l’Arabie saoudite.

Pourtant, les experts craignent que son nouveau gouvernement – le plus ultranationaliste et le plus conservateur sur le plan religieux de l’histoire d’Israël – ne dissuade davantage les touristes arabes du Golfe et ne compromette même les accords. Son gouvernement a promis d’étendre les colonies de Cisjordanie et s’est engagé à annexer l’ensemble du territoire, une mesure qui avait été mise en attente comme condition de l’accord initial avec les EAU.

 

Crédits photo : L’aéroport Ben-Gourion en Israël (Wikimedia Commons).

Partages