DP World prend sa revanche sur les autorités djiboutiennes

Exproprié il y a seize mois du port de Doraleh par Djibouti, le groupe émirati a vu son recours international porter ses fruits.

« 385 millions de dollars d’indemnisation plus les intérêts : c’est ce que devra verser Djibouti à Dubaï Port World pour sa rupture unilatérale du contrat d’exploitation du port de Doraleh, exploité depuis 2006 par l’opérateur dubaïote et expulsé manu militari le 22 février 2018 », confirme le site Jeune Afrique.

Concrètement, DP World avait déjà remporté une première victoire en juillet 2018 devant la Cour d’arbitrage international de Londres. Les juges avaient alors confirmé que le contrat de concession du terminal à conteneurs qui le liait à l’enceinte portuaire était « juridiquement valide et en vigueur ». Ce que Djibouti contestait sans ménagement.

C’est donc en toute logique que cette décision en provenance de la Perfide Albion allait redistribuer les cartes dans cet épineux dossier. Car dans les faits, le terminal dans lequel DP World a investi 400 millions de dollars – était exploité conjointement par l’Autorité portuaire djiboutienne (66%) et par l’opérateur de Dubaï (33%).

Djibouti n’est pas encore sorti d’affaire

Ce dernier annonçait d’ailleurs en 2016 avoir traité plus de 900 000 conteneurs. Une véritable mine d’or en somme… Sachant que le petit pays de la Corne de l’Afrique bénéficie d’une confortable position à l’entrée de la mer Rouge en faisant face au détroit de Bab-el-Mandeb, quatrième passage maritime mondial pour l’approvisionnement énergétique.

Pour information, la partie n’a pas encore livré son verdict final. Et pour cause, DP World pourra solliciter d’autres dommages et intérêts dans le cas où Djibouti choisissait un autre opérateur pour parfaire le développement du terminal.

Lire aussi : L’Ethiopie et Djibouti concluent un important accord gazier