Maroc : la réforme de l’enseignement au point mort à cause du français

|
05.04.2019

Ce projet, qui prévoit un enseignement des matières techniques et scientifiques en français, divise profondément dans l’Hémicycle.

Selon Sputnik, le texte oppose « le Parti de la justice et du développement (PJD), qui dirige la coalition gouvernementale, et le Parti de l’Istiqlal (PI), qui défend traditionnellement l’arabe, aux autres partis, favorables à une ouverture linguistique ». Et pour cause, si l’arabe et l’amazigh sont les deux langues officielles du royaume chérifien, le français s’affirme parallèlement comme la langue incontournable du monde des affaires marocain.

Actuellement, les matière scientifiques et techniques sont enseignées en arabe jusqu’à la fin du lycée, puis en français dans le cycle universitaire. Un contraste qui pourrait donc sensiblement s’atténuer.

La balle est dans le camp de l’assemblée

Mais pas dans l’immédiat car cette réforme prendra plus de temps que prévu. Les élus du PJD ayant obtenu un report du vote à une date ultérieure jeudi à l’assemblée. Et cela, alors que le texte avait “franchi” l’étape conseil des ministres mi-2018.

Pour information, plus d’un Marocain sur 3 maîtrisent la langue de Molière.

A lire aussi : Italie : Rome expulse un imam radicalisé vers le Maroc

Partages