Algérie : plusieurs concerts annulés en raison de prières massives dans la rue

Des groupuscules considèrent que le budget public dédié à ces manifestations doit plutôt bénéficier à leurs conditions de vie.

Plusieurs villes du pays sont actuellement le théâtre de vastes mouvements de prière de rue. Et cela, afin de protester contre l’organisation de concerts, relaie le site RT France.

Cette fronde a d’ailleurs débuté le 26 juillet dernier à Ouargla, lorsque « des centaines d’habitants – exhortant les autorités à satisfaire leurs revendications sociales – ont empêché la venue de Kader Japonais, un chanteur de raï en vogue, en organisant à proximité du lieu où devait se produire le chanteur, la prière du soir ».

Les islamistes à la baguette ?

Par la suite, deux autres cités algériennes ont fait les frais du même procédé. Il s’agit d’une part de Sidi Bel Abbès (Ouest), « où des dizaines de (frondeurs) ont tenté d’annuler le 1er août le lancement du festival local de la chanson raï »; avant de subir l’intervention des forces de l’ordre. Et d’autre part d’El Oued (Sud),  où les organisateurs ont carrément baissé pavillon et annulé plusieurs concerts prévus les 2 et 3 août.

Interrogé à ce sujet, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoub, n’a quant à lui pas mâché ses mots au moment de commenter la situation associée aux factions islamistes radicales« LEtat ne laissera jamais un désert culturel et artistique s’installer en Algérie », a-t-il ainsi promis face à la presse.