Liban : Beyrouth se lance dans l’export de cannabis thérapeutique

Face à la crise économique palpable, le Liban a décidé de tirer profit de ses champs de cannabis.

Face au succès rencontré par le cannabis thérapeutique dans le monde, et particulièrement en Amérique du Nord, Beyrouth a décidé de légaliser la production de la plante sur son territoire. Ce dernier détient en effet la quatrième réserve de la planète.

Cette décision du gouvernement découle directement des difficultés rencontrées par le pays du Cèdre, dues notamment à l’afflux massif de réfugiés en provenance du voisin syrien; gangrené par la guerre civile depuis maintenant sept longues années. Un contingent représentant désormais un quart de la population et pesant de facto sur l’économie domestique.

Mais ce n’est pas tout, relaie France 24, puisque le cabinet de conseil international, McKinsey & Cie – chargé par le Liban de préparer un plan de relance économique – a également pesé sur ce revirement. Et cela, en préconisant, entre autres, l’instauration de régions dédiées à la culture de la substance à des fins médicales et dans un cadre légal.

Faire d’une pierre deux coups

Le président Aoun fait donc double recette dans ce dossier. Car le cannabis prohibé jusque-là par les textes, faisait le bonheur du commerce parallèle et des réseaux mafieux.

En conséquence, l’exploitation de ces champs extrêmement fertiles profiteront désormais aux caisses de l’Etat; une manne financière qui pourrait atteindre 500 milliards d’euros chaque année, estiment les experts. Ce qui n’est pas négligeable vous en conviendrez.