Éthiopie-Érythrée, la proclamation inattendue d’une paix importée

Pour faire face à la crise économique, les États de la Corne de l’Afrique ont courtisé les pays du Golfe en leur offrant une loyauté politique.

L’année 2018 est cruciale à bien des égards pour la Corne de l’Afrique. La rapide pacification des relations entre l’Éthiopie et l’Érythrée aura surpris même les observateurs les plus avertis. Des discussions étaient certes en cours depuis quelques mois, mais une telle accélération de l’histoire régionale était alors jugée impensable. Le conflit, vieux de vingt ans, était au cœur de l’instabilité régionale. Chaque protagoniste entendait déstabiliser l’autre en soutenant des groupes armés. Ces événements marquent un changement de vitesse historique qui impulse une profonde reconfiguration régionale. Comment expliquer un si brusque renversement ?

L’internationalisation de la mer Rouge

La dynamique globale dans laquelle s’inscrit la Corne de l’Afrique donne un premier élément de réponse. Nous assistons depuis plusieurs mois à une internationalisation de la mer Rouge. La sécurisation de cet espace maritime est vitale pour la Chine, mais aussi pour le Japon et les pays de l’Union européenne.

Ainsi, la Corne de l’Afrique est devenue une étape essentielle du projet chinois de « Nouvelles routes de la Soie » en Afrique. La République populaire de Chine s’est installée militairement à Djibouti, afin d’offrir à ses navires une facilité portuaire sûre. La présence chinoise a également entraîné un renforcement de la présence des États-Unis, déjà sur place dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

De même, depuis quelques années, les pays du Golfe ont amplifié leur influence dans la région, notamment en raison de la guerre qu’ils mènent au Yémen. Les Émirats arabes unis sont ainsi présents en Érythrée et l’Arabie saoudite souhaiterait obtenir une base à Djibouti.

Lire aussi : La Somalie, grande laissée-pour-compte de l’Afrique

À tous ces facteurs s’ajoute une véritable bataille pour le contrôle des ports de la région. Trois axes d’influence se dessinent : les pays du Golfe (Arabie saoudite, Émirats arabes unis) alliés à l’Égypte ; le Qatar et la Turquie ; et enfin l’Iran. L’alliance entre l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte est soutenue par les États-Unis et a travaillé à une normalisation régionale plus propice à leurs intérêts.

Les contraintes nationales en Éthiopie

Par ailleurs, des contraintes nationales rejoignent ces ambitions exogènes. En effet, l’Éthiopie est en proie à une contestation sociale depuis plus de trois ans. Le nouveau Premier ministre réformateur souhaite mener de front l’ouverture du pays et son repositionnement régional. Dans cette perspective, l’état d’urgence a été levé, les opposants ont été libérés et des réformes de libéralisation du régime ont été lancées.

Malgré l’une des plus fortes croissances économiques du continent, le pays subit une crise monétaire importante ; la stabilité de sa monnaie n’a été assurée de justesse que par un versement de 3 milliards de dollars des Émirats arabes unis. Les facteurs économiques ont donc été décisifs dans la nécessité de conclure la paix avec l’Érythrée.

De plus, les Tigréens, au pouvoir à Addis Abeba depuis le début des années 1990, représentent une minorité contestée par le reste des Éthiopiens. Pourtant, les populations tigréennes du nord, à la frontière avec l’Érythrée, veulent un accord car leur région étouffe économiquement. L’armée éthiopienne est également dominée par des Tigréens. Le nouveau Premier ministre a donc procédé à de nouvelles nominations pour affaiblir cette influence. La normalisation des relations avec l’Érythrée est un moyen de réduire l’importance de l’armée dans la politique intérieure éthiopienne.

L’obstination payante de l’Érythrée

En Érythrée, la situation est plus difficile à évaluer. Le pays est isolé depuis le refus éthiopien d’appliquer l’accord de paix signé à Alger le 18 juin 2000. Cet accord prévoyait la mise en place d’une commission frontalière, chargée de délimiter et démarquer la frontière, sur la base des traités coloniaux de 1900, 1902 et 1908. La décision avait été acceptée par avance par les deux parties, comme étant définitive et contraignante. En 2002, la commission arbitrale reconnaît la souveraineté de l’Érythrée sur Badme, ville au cœur du conflit frontalier. L’Éthiopie, qui avait militairement gagné la guerre, refusa finalement cette décision et décida de laisser ses troupes.

Cette non-reconnaissance de la décision arbitrale explique la radicalisation du régime érythréen jusqu’à aujourd’hui. Le processus de paix est resté en panne près de vingt ans et l’Érythrée reproche à la communauté internationale de n’avoir rien fait à l’encontre de l’Éthiopie pour la forcer à appliquer la décision de la cour arbitrale. En 2002, l’Éthiopie apparaît comme étant le gagnant militaire. En refusant d’appliquer la décision, elle a tenté de gagner politiquement sur son voisin.

Lire aussi : « La sécurité et la stabilité » de la Corne de l’Afrique : pour bientôt ?

Ce bras de fer s’est fait avec le soutien américain dans un contexte de « guerre globale contre le terrorisme ». Pourtant, l’obstination du régime érythréen semble avoir payé et il peut aujourd’hui lui permettre de justifier, a posteriori, sa radicalité vis-à-vis de sa population. Sur le plan extérieur, l’Érythrée a fait des concessions militaires aux pays du Golfe dans le cadre de leur guerre au Yémen. Cela a permis de rompre son isolement économique et diplomatique et il semblait donc inévitable pour le régime d’accepter de négocier avec l’Éthiopie.

Des pays du Golfe courtisés

Les gouvernements éthiopien et érythréen n’ont pas décidé seuls de la direction que devrait prendre leur relation. Chaque dirigeant a rencontré les responsables émiratis à plusieurs reprises avant, pendant et après le processus de réconciliation.

Pour faire face à la crise économique et surmonter leurs dettes, les États de la région ont courtisé les pays du Golfe en leur offrant une loyauté politique et un accès aux ressources naturelles. En soutenant le processus de réconciliation, les pays de la péninsule arabe et les États-Unis ont renforcé leur influence sur la région. L’influence extérieure est donc à l’origine de la paix entre ces frères ennemis.

Cela nous invite à un optimisme prudent. Cette paix importée sera-t-elle durable ? Un retour à la violence n’est pas exclu. Des heurts ont éclaté en Éthiopie et il est difficile d’imaginer un tournant démocratique en Érythrée. Les mots de l’historien et philosophe Daniel Halevy reflètent un sentiment régional : « L’espérance [y] est devenue une vertu ».The Conversation

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Docteure en sciences politiques, spécialisée en relations internationales, enseignante à l’Université catholique de Lille et Sciences Po Paris.