Doha ambitionne de devenir « membre à part entière de l’Otan »

Fragilisé diplomatiquement dans le golfe Persique, le Qatar se rapproche de plus en plus de l’Otan et des Occidentaux.

Le ministre de la Défense qatari, Khaled ben Mohammed al-Attiyah, a pris position à l’occasion du premier anniversaire de la crise du golfe pour un net rapprochement de l’Etat gazier avec l’Otan, relaie la radio française Europe 1.

« Nous sommes un allié principal hors Otan. L’ambition est d’en devenir membre à part entière si notre partenariat se développe et si notre vision est claire », a-t-il martelé en grande pompe. Avant d’expliquer que Doha pourrait accueillir dans le futur « des unités de l’Otan ou l’un de ses centres spécialisés ».

Il est d’ailleurs important de souligner que l’émirat et Washington coopèrent déjà étroitement sur le territoire car les Américains sont déjà massivement présents au sein de la base militaire d’Al-Udeid, mise à leur disposition par les autorités locales.

Une région de plus en plus fragile

Quoi qu’il en soit, cette prise de position qatarie est tout sauf anodine puisque Doha est de plus en plus isolé dans la région, alors que l’Arabie saoudite et ses alliés (Emirats arabes unis, Egypte, Bahreïn) l’accusent de soutenir le terrorisme au Moyen-Orient et d’entretenir des relations ambiguës avec l’ennemi héréditaire de Riyad, Téhéran.

Lire aussi : Crise du Golfe : un an après, où en sommes-nous ?

Les répercussions diplomatiques sont ainsi particulièrement nombreuses. Et pour cause, outre l’embargo économique décrété à son encontre par le gouvernement saoudien, Doha a vu sa frontière fermer avec son voisin, tout comme l’espace aérien de ces quatre pays. Mais ce n’est pas tout, les ressortissants qataris y sont également persona non grata.

Pour rappel, l’Etat gazier s’arme massivement depuis un an auprès des Etats-Unis mais aussi de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Italie. Face à cette course au renforcement militaire, l’Arabie saoudite est d’ailleurs intervenue récemment auprès de l’Elysée pour empêcher l’acquisition par le Qatar de missiles russes S-400.

Partages