Qatar : l’enquête contre Vinci classée sans suite

Le géant du BTP avait été assigné en justice par l’ONG Sherpa pour ses pratiques au Qatar en matière de conditions de travail.

Le groupe français Vinci ne sera donc pas poursuivi par la justice française. Celle-ci s’intéressait à la politique sociale qu’il mène actuellement sur les chantiers qataris en vue de la Coupe du monde de football prévue en 2022 dans l’Etat gazier. Toutefois, l’association Sherpa – déboutée le 6 février par le parquet de Nanterre qui n’a constaté aucun signe de travail forcé ou de réduction en servitude des ouvriers sur leurs lieux de travail – compte « déposer plainte avec constitution de partie civile afin de saisir un juge d’instruction ».

Selon le média La Croix, l’ONG défendant les droits de l’Homme estimait pourtant « avoir réuni (suffisamment) d’éléments accablants concernant les conditions de travail sur les chantiers au Qatar de QDVC, filiale détenue à 49 % par Vinci Construction Grands Projets et à 51 % par le groupe [local] Diar ». Cette dernière faisait par ailleurs état de « passeports confisqués, de menaces subies par les salariés et de (fourniture) de logement indigne, pour une rémunération sans rapport avec le travail (réalisé) ».

Vinci a montré « patte blanche »

De son côté, la direction de Vinci arguait qu’elle avait largement montré « patte blanche » sur ce dossier, « en faisant venir sur place des syndicats et des représentants d’autres ONG internationales pour vérifier la situation (par eux-mêmes) ». Le mastodonte du BTP s’était par ailleurs appuyé sur « l’accord signé en novembre 2017 avec l’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB) au siège de l’Organisation internationale du travail (OIT) à Genève ».

Pour rappel, l’OIT avait par la même occasion stoppé ses poursuites à l’encontre du Qatar. Et cela, en raison de l’abolissement par Doha du système de Kafala qui obligeait chaque employé à être parrainé par un citoyen qatari. Les travailleurs étrangers étaient ainsi à la merci de leur parrain, qui pouvait confisquer leur passeport.

Lire aussi : Le Qatar peut remercier le Mondial 2022

Partages