G5 Sahel : les forces maliennes se déploient à la frontière burkinabè

L’an prochain, près de 5 000 soldats devraient protéger la zone désertique entre les pays du G5 Sahel.

Les forces maliennes commencent à se déployer près de la frontière avec le Burkina Faso. Pour la première fois, des soldats burkinabés, nigériens et maliens vont disposer d’un commandement commun. Le G5 Sahel, qui comprend le Mali, le Niger, le Tchad, le Burkina Faso et la Mauritanie, cherche ainsi à supprimer les frontières entre ses membres. Ceci afin de pallier petit à petit le départ de la France de la région.

Le 28 octobre dernier, la coopération débutait dans le sud-est du Mali, aux confins du Burkina Faso et du Niger. Avec pour objectif d’empêcher les djihadistes de passer d’un pays à l’autre, dans cette zone désertique, sans que les forces armées du G5 Sahel puissent les suivre.

Comme le précise le lieutenant Gaoussou Diarra, « la coopération entre ces différents pays pour patrouiller ensemble va faire en sorte que la sécurité règne dans cette zone. Car les groupes armés qui évoluent ici frappent souvent au Niger et peuvent ensuite facilement traverser la frontière pour venir au Mali ».

Un équipement défaillant

De plus, les hommes du G5 Sahel sont malheureusement sous-équipés. Ils devraient pouvoir compter sur l’aide de l’armée française, encore présente sur place – ceci depuis le début de l’opération Barkhane en 2014. Elles seront notamment appuyées dans les airs et grâce au renseignement.

En mars-avril 2018, 5 000 hommes devraient protéger cette zone désertique. Ils seront répartis en sept bataillons, pour un coût global de 423 millions d’euros, dont seul un tiers du budget, pour l’instant, est réuni. Les pays membres du G5 Sahel devraient obtenir une aide de la France et de l’Union européenne UE) notamment.