Les Emirats arabes unis accueillent 50 000 travailleurs éthiopiens

Addis-Abeba souhaite moderniser sa main d’oeuvre, avant d’envisager, à terme, un retour de ces hommes et femmes au pays.

L’information est issue d’un communiqué du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, en date du lundi 8 juillet. Ce dernier est connu notamment pour son rapprochement diplomatique vertueux avec le voisin érythréen. « L’Ethiopie prévoit des mesures à court terme pour réduire le chômage des Ethiopiens. Une de ces mesures à court terme consiste à envoyer une main-d’œuvre qualifiée dans des pays étrangers », a ainsi déclaré l’intéressé.

En ce sens, 50 000 Éthiopiens rejoindront dans les plus brefs délais les Emirats arabes unis afin de développer leurs capacités professionnels, tout en percevant un meilleur salaire, relaie Le Monde.

Pour autant, ce contingent devrait drastiquement s’étoffer puisque 200 000 travailleurs supplémentaires pourraient rejoindre d’ici deux ans ce richissime Etat du golfe Persique, très présent dans la Corne de l’Afrique. Dans les faits, les tâches concernées tourneraient autour de postes de type infirmier ou chauffeur par exemple.

Le sort de ces travailleurs toujours soumis à suspicion 

Le numéro 1 éthiopien a par ailleurs confirmé que ce programme de spécialisation concernera également des pays européens, dont le nom n’a pas encore filtré, ainsi que le Japon.

Quoi qu’il en soit, le “revers de la médaille” dans ce dossier, à première vue idyllique, ne doit pas être occulté. Et pour cause, à l’image de ses voisins du golfe, Abou Dabi ne fait guère preuve de bienveillance envers les travailleurs étrangers.

De nombreuses discriminations sont en effet de rigueur selon leur nationalité. Et surtout leur profession, car le calvaire des domestiques immigré(e)s dans la région reste toujours consternant, déplorent de nombreuses ONG.

       A lire aussi : Emirats arabes unis : vers un visa pour les retraités fortunés

Partages