L’Arabie saoudite intercepte un drone lancé par les rebelles Houthis

Ces dernières semaines, les combattants chiites yéménites ont multiplié les frappes contre le royaume saoudien.

L’Arabie saoudite a affirmé, lundi 8 juillet, avoir intercepté un drone lancé par les Houthis, visant vraisemblablement une « infrastructure civile » du royaume, selon l’agence de presse officielle SPA, qui n’a pas été en mesure de donner davantage de précisions. Selon la chaîne de télévision par satellite Al-Masirah, qui appartient aux rebelles yéménites, ces derniers cherchaient visiblement à atteindre l’aéroport régional d’Abha, situé à 200 kilomètres au nord du Yémen.

Le 23 juin dernier, déjà, les combattants chiites, soutenus (de loin) par l’Iran, bête noire des Saoudiens, avaient déjà visé l’installation aéroportuaire, faisant au moins 1 mort (un ressortissant syrien) et 7 blessés. Une attaque qui, d’après le colonel Turki al-Malki, porte-parole de la coalition saoudienne intervenant au Yémen depuis mars 2015, « prouve que cette milice terroriste a acquis de nouvelles armes et que le régime iranien continue de la soutenir ». Quelques jours plus tôt, le 12 juin, les Houthis avaient également envoyé un missile sur l’aéroport d’Abha, blessant 26 civils, selon les autorités saoudiennes.

« [L’attaque contre l’aéroport d’Abha] prouve que cette milice terroriste a acquis de nouvelles armes et que le régime iranien continue de la soutenir », avait dénoncé le colonel Turki al-Malki, porte-parole de la coalition saoudiennes au Yémen, en juin dernier.

« Les Houthis ont intensifié le lancement de drones chargés de bombes en Arabie saoudite, dans le cadre de la guerre du royaume qui dure depuis des années, a fait savoir l’agence AP mardi. La campagne des rebelles soutenus par l’Iran s’inscrit dans un contexte de tensions accrues entre [la République islamique] et les Etats-Unis, au sujet de l’accord nucléaire défaillant avec les puissances mondiales ». Depuis quelques jours, Téhéran répète effectivement qu’elle a recommencé à enrichir son uranium au-delà du seuil imposé par l’accord international signé en 2015…

« Actes hostiles et terroristes »

L’opposition Iran/Etats-Unis peut expliquer la recrudescence actuelles des tensions. Washington version Donald Trump a fait de l’Arabie saoudite – tout comme d’Israël – un allié de poids dans son opposition à la République islamique. Le président américain n’ayant jamais caché son projet de faire tomber le régime iranien. Qui a tout intérêt, selon certains spécialistes, à continuer d’inciter les Houthis à faire feu sur le royaume saoudien.

Lire aussi : Le Yémen plus que jamais au centre de la géopolitique régionale

Dans une note parue en décembre 2018, Jean Masson, assistant de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), estimait ainsi que « l’Iran voit des gains politiques à alimenter la guerre asymétrique menée par les Houthis contre l’Arabie saoudite et ses alliés. [La République islamique] a intérêt à consolider ses liens avec le groupe armé, essentiels pour contrebalancer l’extension de la puissance saoudienne dans la péninsule Arabique ». D’autant plus que « l’impossibilité pour l’Arabie saoudite de venir à bout de l’insurrection, en dépit des moyens militaires dont elle dispose », représente un réel camouflet pour Riyad, explique Jean Masson.

Lundi, le porte-parole de la coalition saoudienne qui intervient au Yémen a dénoncé les « actes hostiles et terroristes » perpétrés par les Houthis, en insistant sur le caractère « civil » des installations visées. Pour mémoire, Riyad est vivement critiquée à l’international pour ses frappes aériennes sur des infrastructures et populations civiles, chez son voisin du sud. Où plusieurs dizaines de milliers de personnes sont mortes en un peu moins de 5 ans. Un chiffre qui devrait continuer de grossir dans les prochaines semaines : tandis que les Houthis semblent décidés à multiplier les actes contre les Saoudiens, Turki al-Maliki a réaffirmé sa volonté de « neutraliser » les combattants chiites.

Lire aussi : Les naissances au Yémen, ces malheureux événements