Yémen : l’ONU déplore une crise humanitaire

|
09.11.2017

Depuis le 6 novembre, l’Arabie saoudite impose un blocus total au pays, ce qui accroit davantage les risques de crise humanitaire.

Les chiffres des Nations unies (ONU) sont alarmants. Selon l’organisation internationale, « 21 millions de personnes ont un besoin d’aide humanitaire d’urgence, 7 millions sont au bord de la famine et un enfant meurt toutes les 10 minutes de maladie, quand presque un million de personnes sont malades du choléra ». Une crise humanitaire, l’une des plus graves au monde – si ce n’est la plus grave -, qui a amené Mark Lowcock, secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l’ONU, à demander la « reprise immédiate » de l’aide internationale.

Le 6 novembre dernier, l’Arabie saoudite a mis en place un blocus autour du Yémen, après que les rebelles Houthis ont effectué un tir de missile visant Riyad. Le Yémen, au même titre que le Liban et la Syrie, est l’un des « terrains de jeu » favoris de l’Arabie saoudite et de l’Iran, qui soutient les Houthis, alors que la première dirige une coalition de pays musulmans qui épaule les forces loyalistes yéménites depuis mars 2015. A ce titre, le 5 septembre dernier, le haut-commissaire de l’ONU aux droits humains, le Jordanien Zeid Ra’ad Al-Hussein, a réclamé l’ouverture d’une enquête internationale indépendante sur d’éventuelles violations des droits humains.

Lire aussi : Au Yémen, une « guerre meurtrière et détestable »

« Famine »

Selon Mark Lowcock, « une enquête internationale contribuerait grandement à avertir les parties au conflit que la communauté internationale observe la situation et est déterminée à traduire en justice les auteurs des violations. » Le blocus a conduit plusieurs millions de personnes dans une situation de famine, qui est pour l’ONU encore pire « que celle que nous avons connue au Soudan du Sud ou en Somalie ».

Partages