L’Egypte et le Soudan veulent sécuriser leurs frontières avec la Libye

Le Caire et Khartoum comptent créer une armée commune capable de gérer les flux en provenance du pays voisin.

L’information a été confirmée le 7 décembre dernier par l’ambassadeur du Soudan en Russie lors d’une interview accordée au média Sputnik.

« La mission de cette force est de prévenir l’infiltration de terroristes et de trafiquants d’armes et d’êtres humains sur le sol des deux pays, en provenance de la Libye, qui sombre encore dans l’instabilité et les conflits armés », précise ainsi l’intéressé.

Avant de poursuivre : « Il y a une très bonne coopération entre nous et l’Égypte. (En ce sens), nous planifions actuellement la création d’une force armée commune de surveillance pour protéger les frontières avec la Libye ».

Un avenir libyen qui s’écrit toujours en pointillés 

Pour rappel, les Libyens attendent désespérément qu’un nouvel échiquier politique naisse sur le territoire depuis la chute de Mouammar Kadhafi, en 2011.

De son côté, les Nations unies redoublent d’efforts pour que les échéances législatives et présidentielle interviennent au plus vite. Ce qui est encore loin d’être le cas malheureusement. Sachant que la France et l’Italie, très actives dans cet épineux dossier, n’arrivent pas à trouver de terrain d’entente.

En atteste, les propos éloquents tenus en septembre dernier par le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini.