Maroc : les examens de médecine purement et simplement boycottés

|
11.06.2019

Les étudiants marocains de la filière fustigent la rareté des postes disponibles à l’issue des différents concours.

En grève depuis trois mois, les “hussards” ont massivement boycotté leurs examens de fin d’année, lundi 10 juin, pour protester contre l’ouverture des concours de spécialisation aux étudiants issus des facultés privées, relaie Paris Match.

Ces derniers considèrent en effet que ce mode de fonctionnement appauvrit les chances d’obtenir un avenir décent une fois le diplôme obtenu.

Dans les faits, la Commission nationale des étudiants en médecine a indiqué que le mouvement a englobé les neuf facultés de médecine, de pharmacie et de chirurgie dentaire du royaume. Avant de préciser que seuls les étudiants étrangers s’étaient présentés le jour J pour passer leurs épreuves.

Un dialogue rompu avec les syndicats étudiants

La veille, le gouvernement avait affiché ses limites en martelant avoir tout mis en oeuvre pour apporter des solutions concrètes dans ce dossier.

Pour information, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme que le système de santé marocain souffre d’un déficit en personnels criant. Mais aussi de profondes inégalités géographiques et socio-économiques.

        A lire aussi : Maroc : la réforme de l’enseignement au point mort à cause du français

Partages