Soudan : un réseau de trafic d’enfants démantelé à Khartoum

|
11.09.2018

94 malheureux, dont 85 enfants, ont été sortis des griffes d’un réseau profitant du désœuvrement des migrants.

L’opération « Sawiyan » – menée conjointement par les forces de police locales et Interpol – a porté ses fruits fin août dans la capitale soudanaise. Elle a en outre permis de mettre un nom sur l’horreur qui habitait ces enfants au quotidien.

Et pour cause, une partie des victimes travaillaient d’arrache pied au sein de mines d’or à ciel ouvert. Et cela, dans des conditions inhumaines. Certains étaient même forcés de manipuler des substances chimiques extrêmement dangereuses… Comme le mercure ou le cyanure.  Sachant que d’autres mendiaient parallèlement dans des points névralgiques de Khartoum.

La migration, joyaux des trafiquants 

De ce fait, le profil des douze femmes et deux hommes arrêtés laissent penser qu’ils font partie de groupes criminels spécialisés dans l’immigration clandestine.

« La diversité des nationalités parmi les personnes secourues montre à quel point la traite et le trafic des êtres humains constituent un problème véritablement transnational. Ce qui nécessite (de facto) une réponse internationale coordonnée », ne manque d’ailleurs pas de relever Tim Morris, le directeur exécutif des services de police de l’organisation.

Pour information,  l’opération « Sawiyan » a mobilisé quelque 200 policiers soudanais de différents services. Parmi lesquels, ceux de la lutte contre le trafic humain, de la protection de l’enfance et de l’antenne locale d’Interpol, relaie Le Monde.