Tunisie : Youssef Chahed président ?

Les ambitions présidentielles de l’actuel Premier ministre tunisien se confirment petit à petit.

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, s’est rendu le samedi 5 janvier à Hammam Bourguiba, dans le gouvernorat de Jendouba, pour s’enquérir de la situation (difficile) dans laquelle vivent certaines familles de la région. D’autant plus par ce froid de janvier. Accompagné de ses conseillers et d’un dispositif sécuritaire issu principalement de la Garde Nationale, le Premier ministre a notamment annoncé le déblocage de 330 000 dinars pour réaménager les habitations de 35 familles et la distribution de 3 000 chauffages. Le tout ayant des allures de campagne électorale, avec youyous, applaudissements et accueil en fanfare…

La démarche de Youssef Chahed, vêtu d’un manteau noir à col en fourrure, suggérait qu’il souhaitait ne pas passer inaperçu. Front dégagé et le sourire aux lèvres, il a joué la carte du responsable attentif aux doléances de ses concitoyens, dans une posture de leader populaire, assidu et à l’écoute.

Occuper le poste suprême

Fait marquant – et cocasse – de l’événement, dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, l’on aperçoit une vieille dame voulant s’adresser au chef du gouvernement, le qualifiant de « raïs », ce qui pourrait aussi signifier « président » en langue arabe. Sauf que celle-ci s’est manifestement trompée d’interlocuteur en visant un homme en uniforme, qu’elle a par erreur pris pour Youssef Chahed. Qui, ravi et flatté, semble-t-il, par cette marque d’obligeance, a choisi de lui répondre.

Et le gouvernement de poster la séquence sur les réseaux sociaux. Dans quel but ? S’agissait-il d’un message subliminal adressé, peut-être, au président de la République lui-même ? Certains l’ont pensé. Ce qui confirmerait, selon eux, les ambitions politiques du Premier ministre et son aspiration à occuper le poste suprême.

Lire aussi : En Tunisie, l’ « ancien régime » résiste encore à la justice transitionnelle

Souhaitant ainsi vraisemblablement passer pour un héros aux yeux des démunis, Youssef Chahed a ordonné le démarrage immédiat de l’amélioration des logements de 1 000 familles nécessiteuses dans les gouvernorats de Jendouba, le Kef, Siliana et Kasserine. Coût total : 5 millions de dinars. Il a également ordonné la réalisation de 37 pistes rurales pour les 4 gouvernorats d’une longueur de 240 km pour un coût de 83 millions de dinars.

« Mouvement démocratique »

Si les ambitions politiques du Premier ministre se confirment, son projet politique quant à lui n’est pas encore clair. Nous n’en connaissons jusque là que les prémices, dévoilés lors de sa dernière interview télévisée. Youssef Chahed y évoque un « mouvement devant rassembler les démocrates, les progressistes, les modernistes, les destouriens d’autres familles ». Et d’ajouter : « Le temps des partis fondés sur une personne est révolu », dit-il.

Quant à son intention de se présenter à la présidentielle de 2019, il a déclaré que « ce n’est pas une priorité », tant il est « pris par d’autres chantiers ». En attendant, les réunions consultatives, en vue de la formation d’un mouvement politique issu du bloc parlementaire de la coalition nationale, qui sera présidée par Youssef Chahed, se poursuivent dans diverses régions du pays…

« L’idée maintenant, c’est de poser les bases d’un mouvement démocratique responsable et structuré, ouvert particulièrement aux compétences et aux jeunes, ainsi qu’à la société civile. On est déjà en contact avec d’innombrables associations, des élus locaux et des personnalités indépendantes qui souhaitent se rassembler avec nous », a indiqué à ce titre Slim Azzabi, ancien chef de cabinet du président de la République, qui a rejoint Youssef Chahed il y a quelques semaines. En vue de la présidence ?

Lire aussi : Lotfi Saibi : « Pas de démocratie sans ‘‘leadership collectif’’ »

Mounira Elbouti

Journaliste chargée du Maghreb, spécialiste des questions liées au leadership féminin