Bruxelles accorde une aide de 500 millions d’euros à Amman pour enrayer la crise

En pleine crise économique et sociale, la Jordanie tente tant bien que mal de sortir la tête de l’eau.

La Commission européenne a adopté un nouveau programme d’assistance macrofinancière (AMF) pour la Jordanie. D’un montant maximal de 500 M€, il vise à soutenir les réformes étatiques destinées à redresser l’économie domestique. Et cela, en promouvant l’emploi, la croissance ou encore l’investissement. Le tout, « dans l’intérêt du peuple jordanien », précise Bruxelles dans un communiqué relayé par Econostrum. Dans les faits, cette “béquille” interviendra en trois temps : juin 2020, quatrième trimestre 2020 et deuxième trimestre 2021.

Pour rappel, le roi Abdallah II avait déclaré il y a un peu moins d’un an  que « les institutions de l’Etat étaient capables d’éradiquer la corruption et de juger tout citoyen détournant des fonds publics ». Avant d’ajouter que « la Jordanie, un Etat de droit, ne permettrait pas une application sélective de la loi (…), ni la transformation de la corruption en une maladie chronique ».

Cette mise au point de Amman intervenait ainsi plus de quatre mois après la grogne sociale et économique qui a animé le pays. Le 4 juin 2018, le peuple jordanien avait en effet obtenu la démission de l’ex-Premier ministre, Hani al-Mulki. Ce dernier faisant les frais de la vindicte populaire lassée par le chômage gangrenant le territoire (18 %) et la multiplication des mesures d’austérité au sommet de la pyramide.

Des mesures d’austérité mal accueillies 

En l’occurrence, il s’agissait de l’augmentation respective de 5,5 % et 19 % des taxes sur le prix du carburant et de l’électricité (gelées depuis). Mais aussi d’un projet de loi fiscal comprenant notamment un élargissement de l’impôt sur les revenus aux personnes touchant un salaire annuel de 8000 dinars, puis une augmentation de 5 % de l’impôt pour les particuliers et de 20 à 40 % pour les entreprises.

Afin de faire amende honorable, le roi avait alors admis « des erreurs au cours du processus de développement de la Jordanie. (Des faux-pas) appelés à être pris en compte afin d’aller de l’avant ».

Pour information, la Jordanie a également reçu le 11 juin 2018 un appui financier de 2,5 milliards de dollars en provenance de ses voisins saoudien, émirati et koweïtien pour qu’elle puisse surmonter cette crise – du moins à court terme.

Partages