Edouard Philippe inaugurera le Musée national du Qatar

Le Premier ministre français se rendra à Doha fin mars pour couper le ruban rouge du nouveau musée emblématique qatari.

Après Emmanuel Macron qui avait inauguré le Louvre Abou Dabi (EAU) en novembre 2017, c’est au tour d’Edouard Philippe de se rendre prochainement dans un autre Etat du golfe Persique afin d’associer la France à l’environnement culturel régional.

L’information, officialisée mercredi 13 février par le ministère français de l’Intérieur, dénote ainsi d’une certaine neutralité de l’Elysée dans le conflit économique et diplomatique opposant l’Arabie saoudite et ses alliés (Emirats arabes unis, Egypte, Bahrein..) au Qatar depuis maintenant plus d’une année.

Une réalité que le patron de l’institution, Jean-Yves Le Drian, confirme sans concession puisque Paris et Doha ont signé lundi un accord de dialogue stratégique axé sur la sécurité régionale.

Lire aussi : Dans le Golfe, « le problème numéro 1 à régler est Mohamed ben Salman »

« Dans la crise du Conseil de Coopération du Golfe, nous parlons avec tout le monde et nous souhaitons que les acteurs trouvent la solution à leur crise entre eux », précise ainsi l’intéressé.

Une enceinte à 434 millions de dollars

Pour information, le Qatar étrennera le 28 mars prochain, dans la capitale, un musée d’une envergure de 52 000 m2. Et cela, sous la forme d’une rose des sables pour la modique somme de 434 millions de dollars. Concrètement, le Musée national exposera des œuvres d’artistes locaux, moyen-orientaux et européens le long d’1,5 kilomètre de galeries !

« Ce musée racontera l’histoire de (notre) peuple. Et présentera des expositions permanentes, audiovisuelles et tactiles » s’est d’ailleurs récemment félicitée la cheikha Amna Al-Thani, sa directrice, auprès de la presse internationale.

Par ailleurs, il est important de noter que l’enceinte fera la part belle à l’histoire économique du petit Etat gazier en se focalisant notamment sur l’ancestrale pêche perlière. Ou encore l’exploitation de sources d’énergies, plus actuelle.

        Lire aussi : Le Louvre d’Abou Dabi « oublie » le Qatar sur l’une de ses cartes