Maroc : la loi contre les violences faites aux femmes entre en vigueur

|
14.09.2018

Plusieurs années d’intenses débats dans hémicycle marocain auront été nécessaires pour parvenir à un texte décent en la matière.

Adoptée par le Parlement au mois de février dernier, la loi contre les violences faites aux femmes est entrée en vigueur mercredi 12 septembre. Et cela, alors que l’affaire Khadija, du nom de cette jeune ville victime d’un viol collectif dans son village, anime la Toile de mille feux.

Dans les faits, celle-ci « incrimine pour la première fois certains actes considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement. Elle durcit également les sanctions pour certains cas et prévoit des mécanismes pour prendre en charge les femmes victimes de violences », relaie Jeune Afrique.

Une loi qui fait toujours débat

Pourtant, cette avancée sociétale continue malgré tout à diviser au sein même de la sphère politique. Ainsi, si la ministre de la Famille, de la femme et de la solidarité, Bassima Hakkaoui, évoque « un des plus importants textes renforçant l’arsenal juridique national dans le domaine de l’égalité des sexes », d’autres voix dénoncent parallèlement un dispositif ne respectant pas les définitions internationales propres à ce dossier.

C’est le cas de l’ex-ministre chargée des Droits des femmes et militante pour l’égalité des sexes, Nouzha Skalli, s’émouvant que le législateur ne prenne pas en compte, par exemple, le viol conjugal.

Lire aussi : Au Maroc, le retour du service militaire ne plait pas à tout le monde