Israël-Palestine : Mahmoud Abbas pourrait tourner le dos aux accords d’Oslo

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) s’est réunie pour évoquer Jérusalem.

Plus d’un mois après, les secousses s’en font encore ressentir. Le 6 décembre dernier, Donald Trump avait provoqué une véritable déflagration internationale en reconnaissant officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël. Une décision extrêmement taboue et très mal perçue par l’ensemble des peules arabo-musulmans, dont les Palestiniens. Qui s’apprêtent à répondre au président des Etats-Unis.

Hier, le chef de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, a d’ailleurs qualifié cette prise de position de « claque du siècle » en ouverture d’une réunion décisive des dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Ramallah (Cisjordanie). L’objectif étant, pour l’OLP, de contrecarrer les plans du locataire de la Maison Blanche sur ce dossier, accusé d’avoir de facto rompu les accords d’Oslo.

Courrier International révèle dès lors que la suspension de ces accords historiques (première reconnaissance mutuelle entre Israéliens et Palestiniens adoptée en 1993), est (désormais) l’une des options envisagées par le Conseil central palestinien – l’un des organes de l’OLP – pour mener la fronde. Mais ce n’est pas tout, a renchéri M. Abbas, car l’Organisation pourrait également exclure « toute médiation américaine dans le processus de paix. »

Riposte américaine immédiate

Du côté de Washington, la réponse ne s’est pas fait attendre puisque « l’administration Trump a pris la décision de supprimer plusieurs dizaines de millions de dollars d’aide à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens », confirme le quotidien israélien Yediot Aharonot.

Dans la journée de samedi, le Hamas, qui contrôle la Bande de Gaza, avait indiqué qu’il déclinait l’invitation de l’OLP, ne souhaitant participer aux tractations que « dans (le seul) et unique cas où les réunions de l’OLP auront lieu en dehors des territoires occupés et que tous les groupes et partis pourront prendre leurs décisions sans être oppressés par le régime d’Israël. »

Lire aussi : Le Hamas boycotte une réunion avec le Fatah sur Jérusalem

Partages