Somalie : la mission de paix de l’UA maintenue telle quelle jusqu’à fin juillet

L’Union africaine conservera l’ensemble de ses forces vives en Somalie afin de contrer la menace Shebab.

Le Conseil de sécurité attend en effet d’étudier un rapport sur la situation locale prévu mi-juin avant de prendre les décisions qui s’imposent dans ce dossier. Plus précisément en ce qui concerne le futur de la mission de l’Union africaine (UA) en Somalie, intitulée Amisom et qui comprend plus de 21 000 hommes actuellement.

Pour le moment, les Nations unies souhaitent diminuer progressivement le contingent de troupes internationales sur le territoire d’ici au 30 octobre 2018. Un total de 20 626 unités tout personnel confondu est même envisagé pour cette date butoir. Sachant que pour l’année 2020, un retrait total devrait avoir lieu, relaie VOA Afrique.

Pour autant, plusieurs Etats membres de l’UA – dont le Kenya, l’Ouganda, le Burundi, Djibouti et l’Ethiopie – estiment dans le même temps qu’il est absolument inconcevable de réduire la présence des forces onusiennes en Somalie. Et cela, tant que la menace djihadiste représentée par les shebab ne pourra pas être maîtrisée efficacement par l’armée nationale. Cette dernière demeurant peu autonome malgré le soutien logistique et l’entraînement fournis par plusieurs armées étrangères.

L’UA indispensable dans le pays

Pour rappel, le gouvernement central résiste toujours tant bien que mal aux assauts répétés du terrorisme. Le soutien dont il bénéficie sur l’échiquier mondial auprès de la communauté internationale et surtout de l’UA n’est bien sûr pas étranger à cela.

Bien que les islamistes des Shebab disposent d’une marge de manoeuvre plus faible depuis 2011 et la perte de Mogadiscio, ils restent malgré tout encore très actifs en Somalie. Notamment dans de vastes zones rurales, d’où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides jusque dans la capitale.

Lire aussi : En Somalie, la tragédie de l’eau