L’Érythrée officialise la réouverture de son ambassade éthiopienne

Après plus de 20 ans de luttes fratricides, la liaison Asmara-Addis-Abeba retrouve des couleurs.

Après trois jours de visite officielle en Ethiopie, le président érythréen, Issaias Afeworki, a officialisé lundi 16 juillet la réouverture de l’ambassade de son pays à Addis-Abeba. Cette décision vient en conséquence valider les efforts du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, nommé au mois d’avril dernier.

L’intéressé était en effet déterminé à solder le conflit frontalier dévastateur gangrenant les deux Etats. Et cela, depuis trop longtemps puisque qu’il trouve sa source en 1993 lorsque l’Érythrée a accédé à l’indépendance, faisant perdre de facto à l’Ethiopie son unique façade maritime sur la Mer Rouge.

Une frustration politique et économique qui a débouché sur la période 1998-2000 à un véritable bain de sang entre les frères ennemis. Pas moins de 80 000 personnes ont ainsi fait les frais de cette divergence frontalière.

Poser la dernière pierre de la réconciliation

De ce fait, il est donc désormais probable que les principaux protagonistes de ce dossier se mettent à table pour mettre en oeuvre l’accord de paix d’Alger, signé en 2000 et chapeauté par les Nations unies, dont le but est de mettre un terme officiel à cette guerre.

Pour rappel, l’Éthiopie et l’Érythrée positionnent depuis 2000 de nombreux soldats le long de leur frontière respective qui s’étend sur 1000 kilomètres. Ces provocations ont d’ailleurs menacé d’exploser à nouveau en 2016, laissant craindre de nombreux massacres.

Partages