Le barrage éthiopien de la Renaissance sur le Nil Bleu inquiète l’Egypte

Le Caire redoute que l’édifice, achevé à 70% par Addis-Adeba, impacte durablement ses ressources d’eau.

Situé à 40 kilomètres à l’est du Soudan sur le Nil Bleu, le Barrage de la Renaissance déploie en effet près de 6000 mégawatts et fait peser un danger économique et sanitaire certain sur son imposant voisin égyptien.

Et pour cause, si historiquement un traité soudano-égyptien stipulait un partage exclusif du flux entre les deux pays, les trois Etats ont convenu en 2015 de la mise en place d’une coopération tripartite dans le remplissage et l’exploitation du site.

Logiquement, les autorités éthiopiennes ont désormais la main dans ce dossier, relaie La Tribune. Et cela, d’un point de vue “géographique”. Une donnée obligeant de facto Le Caire à faire quelques concessions dans ce dossier.

Pour autant, l’Egypte n’en démord pas et espère obtenir de l’Ethiopie un minimum d’eau garanti, un remplissage du réservoir plus lent pour éviter une pénurie notamment en cas de sécheresse, ainsi que la présence de ses experts sur le chantier, confirme de son côté RFI.

Des négociations au point mort

Un postulat qui reste lettre morte pour le moment… Et qui a le don d’agacer le gouvernement égyptien qui juge inacceptable la poursuite des travaux à même d’impacter la stabilité régionale. Il est toutefois important de noter qu’une solution militaire est toujours exclue par le président al-Sissi.

Pour rappel, Le Caire a officialisé début 2018 l’élaboration d’une station d’épuration sur le Nil. Le but étant d’anticiper les risques liés à la réduction de son débit, dont le pays tire 80 % de son approvisionnement en eau.

« Nous faisons ce que nous avons à faire pour résoudre un problème potentiel. Nous ne pouvons pas accepter un problème d’eau en Egypte. Il faut assurer l’accès à l’eau pour tous », avait d’ailleurs estimé pour l’occasion le chef d’Etat égyptien lors d’une conférence de presse relative au projet de ladite station.

A suivre donc…

          A lire aussi : Egypte : une pop star écope de six mois de prison pour avoir ironisé sur le Nil

Partages