Yémen : Abou Dhabi intercepte deux missiles tirés par les Houthis

Il s’agit de la deuxième attaque en une semaine, de la part des rebelles yéménites, contre la capitale émiratie.

Ces tirs de missiles accentuent les tensions dans le golfe Persique, qui avait déjà été le théâtre d’une série d’attaques à proximité du sol émirati, mais jamais de manière certaine. Ils interviennent alors que le Yémen est en guerre depuis des années et que l’accord nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales s’est effondré. Les troupes américaines de la base aérienne d’Al-Dhafra, dans la capitale, se sont réfugiées dans des bunkers pendant l’attaque.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré le ciel d’Abou Dhabi s’éclairer, lundi avant l’aube, et ce qui semblait être des missiles d’interception se précipiter dans les nuages pour cibler les tirs entrants. Deux explosions ont ensuite retenti dans la ville. Les vidéos, rapporte l’agence américaine Associated Press (AP), correspondaient à des quartiers bien connus d’Abou Dhabi.

L’agence de presse étatique, WAM, a de son côté déclaré que des fragments de missiles étaient tombés sans danger au-dessus de la capitale. Les Émirats sont « prêts à faire face à toute menace, et […] ils prennent toutes les mesures nécessaires pour protéger l’État contre toute attaque », a également précisé l’agence émiratie, en citant le ministère de la Défense de la Fédération, alors que les tirs de missiles avaient perturbé le trafic à l’aéroport international d’Abou Dhabi.

Avancées significatives

Le porte-parole militaire des Houthis, Yehia Sarei, a revendiqué l’attaque dans une déclaration télévisée, affirmant que les rebelles ont visé plusieurs sites aux Émirats arabes unis avec des missiles balistiques Zulfiqar et des drones, notamment la base aérienne d’Al-Dhafra. Il a averti que les Émirats resteraient une cible « tant que les attaques contre le peuple yéménite se poursuivront ». « Nous appelons les entreprises et les investisseurs étrangers à quitter les Émirats ! », a-t-il même ajouté, déclarant que le pays était devenu « peu sûr ».

Le marché financier de Dubaï a clôturé en baisse de près de 2 % après l’attaque, avec presque toutes les entreprises en chute. La Bourse d’Abou Dhabi, quant à elle, a également pointé à la baisse légèrement, fait savoir AP.

L’ambassade des États-Unis à Abou Dhabi a émis une alerte de sécurité à l’intention des Américains vivant aux Émirats arabes unis, les avertissant de « maintenir un niveau de vigilance élevé ». L’alerte comprenait des instructions sur la manière de faire face à des attaques de missiles, ce qui n’avait jamais été observé auparavant dans les Émirats arabes unis – une destination touristique où l’on trouve les gratte-ciel de Dubaï, les dizaines de grands magasins luxueux et sa compagnie aérienne long-courrier Emirates, par exemple.

« Si ces attaques finissent par se produire chaque semaine, comme c’est le cas en Arabie saoudite, la perception des menaces aux Émirats arabes unis s’en trouvera modifiée, a déclaré Torbjorn Soltvedt, analyste du cabinet de conseil en risques Verisk Maplecroft. L’inquiétude est grande, désormais, de voir des attaques contre des infrastructures civiles », a-t-il ajouté. Les Émirats, pour rappel, continuent de soutenir les milices sur le terrain, au Yémen, qui ont enregistré des avancées significatives contre les Houthis, ces dernières semaines.

 

 

Crédits photo : Cette image satellite fournie par Planet Labs PBC montre les conséquences d’une attaque revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen contre un dépôt de carburant de la Abu Dhabi National Oil Co. dans le quartier de Mussafah à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, samedi 22 janvier 2022 (Planet Labs PBC via AP).

Partages