Le Liban est prêt « à se défendre en cas d’agression d’Israël »

Le président Aoun a fait part à l’ONU de son intention de riposter face aux agressions de Tel Aviv à la frontière libano-israélienne.

Le chef d’Etat libanais, qui recevait lundi le secrétaire général adjoint des Nations unies (ONU) aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a confirmé que son pays était prêt à contre-attaquer militairement si Israël continuait à déséquilibrer la région. Michel Aoun a notamment évoqué la construction d’un mur à la frontière entre les deux pays, mais aussi la violation par Tel Aviv de l’espace aérien libanais en vue de frappes en Syrie.

« Il s’agit ni plus ni moins que d’une agression contre notre souveraineté », a-t-il renchéri. Avant d’évoquer dans la foulée le rôle de la Finul (Force intérimaire des Nations unies au Liban), toujours plus prégnant face à son encombrant voisin :  « Une réduction de son budget aurait des répercussions négatives sur son rôle, notamment en cette période qui connaît des tensions à la frontière en raison des menaces israéliennes », a-t-il ainsi expressément rappelé à son interlocuteur onusien.

L’ONU rassurante

De son côté, M. Lacroix s’est montré plutôt rassurant en réaffirmant l’étroite coopération entre la Finul et les autorités libanaises. « [Nous sommes] là pour aider à préserver le cessez-le-feu [entre le Liban et Israël], et à créer les conditions d’un apaisement. Nous poursuivrons bien entendu ce rôle » a-t-il ainsi indiqué. Avant d’ajouter qu’une revalorisation des forces internationales au sud-Liban était tout à fait envisageable.

Pour rappel, M. Aoun avait déjà reçu en ce sens le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, le 15 février à Beyrouth. Il s’agissait de la première visite d’un haut responsable de l’administration Trump dans le pays. Preuve que le Liban revient doucement mais sûrement dans les petits papiers de la Maison Blanche.

Lire aussi : Le chef de la diplomatie américaine en visite à Beyrouth le 15 février

Etudiant en master de journalisme, Bertrand Faure se destine à la presse écrite. Passionné de relations internationales, il nourrit un tropisme particulier pour le Maghreb et la région MENA, où il a effectué de nombreux voyages.