Soudan : des archéologues rouvrent une pyramide pour étudier les restes d’un roi nubien

|
26.04.2018

Les chercheurs s’intéressent à la dépouille d’un roi nubien qui régna de 207 à 186 avant Jésus-Christ.

Moins connues que leurs homologue égyptiennes, les pyramides soudanaises font néanmoins l’objet d’un vif intérêt de la communauté archéologique. Actuellement, c’est une chambre funéraire située à Bajarawiya dans la cité antique de Méroé (250 km au nord de Khartoum) qui attise “les convoitises”.

Cette dernière, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco comme l’ensemble du site, abrite en effet la dépouille du roi Khalmani qui domina la Nubie deux siècles avant la naissance de Jésus-Christ. Pour information, cette terre longeant le Nil attisa pendant longtemps les convoitises du voisin égyptien.

Un travail d’orfèvre 

Selon Le Monde, les chercheurs ont procédé « au retrait d’ossements entreposés (dans une première chambre) il y a près d’un siècle pour réaliser de nouveaux examens, dont des tests d’ADN ». Le chef du projet, Mahmoud Souleiman, a d’ailleurs révélé que plusieurs personnes étaient susceptibles de reposer dans ce tombeau. L’expertise devra donc confirmer ou infirmer un éventuel lien de parenté entre chacune d’elles.

Pour autant, les investigations se poursuivront dans les prochains jours avec l’ouverture d’une autre chambre funéraire, indique un autre membre de l’équipe. Celle-ci aurait ainsi de fortes chances d’abriter les restes du roi en personne.

Partages