Somalie : des femmes bravent les interdits pour jouer au football

Les “Golden Girls” de Mogadiscio entendent bien vivre leur passion malgré la terreur imposée par les Shebab.

« Lorsque les filles viennent à l’entraînement, on doit organiser le transport pour les amener ici, puis les ramener chez elles, parce que ce sont des filles et on pense à leur sécurité. »

Le témoignage de Mohamed Abukar Ali, le fondateur du club qui comporte aujourd’hui 60 joueuses, est sans équivoque. Football et femmes ne riment décidément pas ensemble dans une société somalienne particulièrement conservatrice et qui pâtit depuis 2007 du diktat des islamistes shebab.

Une épée de Damoclès nommée Shebab

Ces derniers font en effet régner un climat délétère dans la capitale où attentats et intimidations sont monnaie courante. Mais lasses de devoir toujours se plier à des règles qu’elles ne cautionnent pas, les “Golden Girls” n’hésitent pas, peu après le lever du soleil, à s’affranchir des interdits et à enlever leurs encombrants hijabs. Et cela, pour enfiler des tenues de football colorées. relaie France Info.

Pour autant, il s’agit d’un véritable choix avec les complications qui en découlent, révèle sans hésiter Hibaq Abdukadir, 20 ans : « Je joue au foot depuis six mois, mais ma famille n’est au courant que depuis deux mois. Je leur ai caché cela parce qu’ils ne m’auraient pas permis de jouer. Aujourd’hui, ma mère l’accepte mais les autres ne sont pas contents », regrette-t-elle.

Un sentiment facilement compréhensible tant il est tabou pour une personne du sexe opposée de porter un short et un tee-shirt en Somalie. Qui plus est dans un climat où tout divertissement subit les restrictions des djihadistes.

« Nous devons avoir le courage de penser différemment »

Pour autant, Mohamed Abukar Ali ne peut se résoudre à renoncer à ce merveilleux projet appelé à faire fléchir les idéaux.  Et il le clame haut et fort : « Nous pensons que le temps est venu. Nous devons avoir le courage de penser différemment. Je souhaite donc faire de ces femmes, les premières joueuses somaliennes professionnelles (de l’histoire). »

Pour rappel, les Shebab ont à nouveau frappé Mogadiscio en plein coeur le 23 février dernier dans un double attentat à la voiture piégée.

Partages