Algérie : la présidentielle reportée faute de candidats crédibles ?

La presse locale considère que la succession d’Abdelaziz Bouteflika ne devrait pas se jouer le 04 juillet prochain.

Et pour cause, seuls deux candidats “sans envergure” ont pour l’instant fait acte de candidature dans les délais auprès du Conseil constitutionnel, relaie Le Figaro. La présidentielle algérienne, dont la tenue est espérée le 4 juillet prochain, pourrait donc être logiquement reportée.

L’institution a désormais 10 jours pour éplucher les dossiers d’Abdelhakim Hamadi, vétérinaire de profession, et de Hamid Touahri, ingénieur en mécanique aéronautique.

Malheureusement, ces derniers ont peu de chance de pouvoir concourir tant certains critères “d’admission” semblent hors de leur portée. C’est ainsi le cas de la problématique des parrainages conditionnée par l’aval d’au moins 600 élus ou le soutien de 60 000 électeurs répartis sur plus de la moitié des régions du pays.

Sans surprise, la presse locale considère désormais que la session présidentielle n’aura pas lieu à la date escomptée. Le quotidien, La Liberté, n’hésite d’ailleurs pas à surligner le caractère « très hypothétique » du scrutin. Ironisant dans la foulée sur le profil de ces deux candidats « inconnus au bataillon ». Quant au média francophone, El Watan, celui-ci se projette déjà dans le futur, relevant un flou total dans ce dossier.

A suivre donc…

    A lire aussi : Quelles suites donner aux manifestations en Algérie ?