Innovation médicale : le Qatar soigne son système de santé

Exiger le meilleur pour toutes et tous, voilà le projet du Qatar en matière de santé globale.

Et si le Qatar n’était pas qu’un Etat riche de ses ressources sous-terraines ? Désormais reconnu comme un Etat de droit, engagé sur le chemin de l’égalité homme-femme, et de stabilité locale malgré un blocus largement considéré comme injuste, le Qatar est aussi, de façon plus discrète, une terre d’innovations médicales. La ministre de la Santé, Hanan al-Kuwari, n’est évidemment pas pour rien dans les transformations profondes qu’a connues, ces dernières années, le secteur médical qatari. Cette ancienne cadre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), formée en Europe, est ainsi à l’origine d’une ambitieuse stratégie de santé centrée avant tout sur la prévention, à l’instar de son homologue française Agnès Buzyn.

L’ouverture récente de health and wellness centers constitue la meilleure illustration du « care » qatari, dont nous pourrions nous inspirer. Ces structures regroupent en un même lieu une équipe pluridisciplinaire assurant un service complet de rééducation, le suivi de grossesse, la prise en charge des maladies chroniques et les soins de premiers recours, traitant environ 90 % des urgences. Ce concept constitue un exemple particulièrement intéressant de coordination médicale du parcours de soin ville-hôpital, tout en garantissant des coûts limités et une excellente efficience.

Convaincre et séduire

Mais si le « care » est capital au Qatar, le « cure » reste aussi une priorité, illustrée par la gratuité des soins pour toutes et tous mais aussi par une vision centrée sur le patient et son confort. Ainsi, l’ultra moderne Hamad ben Khalifa Medical City place parmi ses préoccupations majeures l’accueil péri-médical du malade : chambre, repas, présence humaine, fluidité du parcours. Le staff médical s’est également engagé à garantir un service ambulatoire complet offrant l’examen et surtout le résultat dans la même journée, préservant ainsi le patient de toute attente inutile et anxiogène. Cet établissement propose enfin un centre de rééducation et, surtout, de réinsertion à domicile qui met en avant l’inclusivité.

Enfin, le « care » et le « cure » ne seraient rien sans la recherche fondamentale. Si notre pays comprend enfin, grâce à Emmanuel Macron, toute l’importance que revêt l’innovation, le Qatar, lui, l’a déjà intégré depuis de nombreuses années avec la création de la Qatar Fundation. Cet organisme s’articule comme un campus international regroupant les meilleures écoles mondiales, dont HEC. Ce creuset du savoir, de la découverte et de l’avenir nous invite à nouer des partenariats toujours plus forts avec le Qatar et, ainsi, à renforcer les liens qui unissent nos deux pays. D’ailleurs, la recherche et la haute technologie prennent tout leur sens en cette période d’actualité sportive intense, lorsqu’on évoque le célèbre Aspetar Hospital, mondialement connu, et aujourd’hui considéré comme le centre de référence en médecine du sport.

Exiger le meilleur pour toutes et tous, voilà l’aboutissement ambitieux de l’émir Al Thani et de la ministre Hanan al-Kuwari pour inscrire le Qatar dans la mouvance des grands Etats leaders en santé globale. Surprendre et innover pour convaincre et séduire : le Qatar s’affirme dans cette zone du globe comme un partenaire majeur pour l’Europe, et en particulier pour la France.

Député LREM de la 6ème circonscription de la Loire et secrétaire de la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale.