Mauritanie : l’IRA sera présente lors des prochaines échéances électorales

Souvent malmenée par Nouakchott en raison de ses positions anti-esclavagistes, l’IRA pourra enfin peser politiquement.

L’Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) – créée en 2008 sur le territoire mauritanien pour combattre le fléau de l’esclavage gangrénant le pays malgré son abolition en 1981 – a trouvé un accord avec le parti politique Sawab, afin d’aligner des candidats lors des futures échéances électorales.

Il s’agit d’une véritable victoire pour l’ONG présidée par Biram Dah Abeid. Cet homme est en effet connu à l’international après avoir été récompensé par les Nations unies du Prix des droits de l’Homme en 2013. Mais aussi pour avoir fini en deuxième position lors de l’élection présidentielle de 2014, derrière Mohamed Ould Abdel Aziz, relaie le 360 Afrique.

Cependant, son statut dérange en Mauritanie, en raison de l’essence même de son combat. Et n’est donc pas reconnue politiquement par le gouvernement en place. L’option d’une alliance avec une formation politique établie était donc la seule option envisageable pour l’organisation afin d’amplifier son action humaniste.

L’espoir d’un processus électoral équitable

Et cela tombe bien, le parti Sawab présente la particularité d’être proche des entités mauritaniennes les plus critiques vis-à-vis des actions ou exactions menées par Nouakchott.

Pour rappel, l’Etat a voté très récemment un durcissement de la loi régissant les partis politiques. Ainsi, selon les termes du texte énoncés par le ministre de l’Intérieur en personne, un parti politique qui participera deux fois de suite à une élection municipale sans atteindre 1 % des suffrages exprimés sera dissous. (Parallèlement), en cas de non-participation deux fois consécutives à un scrutin local, ce dernier subira le même sort.

L’IRA passera donc un véritable test lors de l’appel aux urnes.