Djibouti : Engie investit dans l’industrie photovoltaïque

Le groupe français s’est associé au ministère de l’Energie djiboutien pour développer une centrale solaire sur le territoire.

Djibouti et Engie ont signé mardi une convention en ce sens. La structure photovoltaïque, dont le lieu d’implantation n’a pas encore filtré, disposera quant à elle d’une capacité de production de 30 Mégawatts (MW).

De son côté, l’Etat a confirmé que d’autres projets concernant le secteur énergétique suivront à l’avenir. Et a précisé que l’électrification rurale faisait office de priorité. Mais ce n’est pas tout, les autorités locales ont également annoncé qu’un rapprochement avec les entreprises hexagonales entrait dans une logique indéniable en raison de l’histoire commune liant les deux nations et l’absence de barrière de langue.

Une perspective que ne compte pas laisser passer la multinationale puisque Yoven Moorooven, son directeur général Afrique, a passé en revue avec le président Ismaïl Omar Guelleh les différents partenariats qu’Engie souhaitent entériner avec la République de Djibouti.

Virage vert

Actuellement, Djibouti dépend à 80 % de ses importations d’électricité en provenance d’Ethiopie. Le gouvernement s’est donc lancé dans un véritable virage vert afin d’y remédier et obtenir, dès 2020, 100 % d’énergie renouvelable et locale, relaie Jeune Afrique.

« Parmi les principales promesses ou chantiers (figurent) ainsi un contrat de concession pour une exploitation d’éoliennes de 60 MW, en partenariat avec l’Africa Finance Corporation ; l’implantation de 495 hydroliennes – dont 80 au 1er semestre 2020, par la société française, Blue Shark Power – pour une puissance installée de 120 MW ; ou encore la combinaison énergétique solaire, éolien, géothermie et biomasse pour 500 MW, promise dans les dix ans par le Japonais Miraisozo Inc. »

      A lire aussi : L’Ethiopie et Djibouti concluent un important accord gazier