Egypte : l’Institut Al-Azhar s’oppose désormais au harcèlement sexuel

Le haut lieu de l’islam sunnite cairote souhaite lisser son image et sa politique en « déculpabilisant les femmes ».

La grande mosquée Al-Azhar, très influente dans l’enseignement de l’islam, condamne désormais le harcèlement sexuel subi par les femmes en Egypte. Et cela sous toutes ses formes. Cet acte plus que déplacé entre même dans la catégorie des « péchés », souligne le communiqué publié mardi.

L’Université dénonce ainsi « des actes interdits et des comportements déviationnistes ». Tout en précisant que « l’habit ou le comportement de la femme ne doit en aucun cas justifier un tel acte et constitue une atteinte à sa dignité ».

Vers un islam plus moderne ?

Il est d’ailleurs important de noter que l’institution invite « les autorités à réagir », intensifiant par la même occasion son rôle social dans la société égyptienne, souligne La Croix. 

Et pour cause, depuis janvier 2011 et la chute de l’ex-président, Hosni Moubarak, la question du harcèlement des femmes prend une place de plus en plus importante au sein de l’opinion publique locale.

En atteste une étude de l’ONU datant de 2017, confirmant que 60 % des femmes sont où ont été déjà victimes de harcèlement en Égypte, via des remarques obscènes voire des attouchements.

Lire aussi : Comment le voile a donné naissance à la « hijabista » mondiale

Partages