Afghanistan : depuis l’aéroport de Kaboul, les talibans célèbrent leur victoire

|
31.08.2021

« L’Afghanistan est enfin libre », a déclaré Hekmatullah Wasiq, un haut responsable taliban, après le retrait des troupes américaines.

Les talibans ont défilé triomphalement dans l’aéroport international de Kaboul, mardi, quelques heures après le retrait définitif des troupes américaines qui a mis fin à la plus longue guerre des États-Unis. Debout sur le tarmac, les dirigeants talibans ont promis de sécuriser le pays, de rouvrir rapidement l’aéroport et d’accorder l’amnistie aux anciens opposants.

Dans une volonté de démontrer qu’ils ont désormais bien les choses en main, les chefs talibans étaient encadrés par l’unité d’élite Badri des insurgés alors qu’ils traversaient le tarmac, renseigne l’agence américaine Associated Press (AP). Et « les commandos en uniformes de camouflage ont fièrement posé pour des photos ».

La remise en service de l’aéroport n’est qu’un des défis de taille auxquels les talibans sont confrontés pour gouverner un pays de 38 millions d’habitants. Qui, pendant deux décennies, a survécu grâce à des milliards de dollars d’aide étrangère.

« L’Afghanistan est enfin libre, a déclaré Hekmatullah Wasiq, un haut responsable taliban, à AP. Le côté militaire et le côté civil (de l’aéroport) sont avec nous et en contrôle. Avec un peu de chance, nous allons annoncer notre cabinet. Tout est paisible. Tout est sûr », a-t-il assuré, tout en exhortant les Afghans à retourner au travail et réitérant la promesse des talibans d’offrir l’amnistie générale.

« Les gens doivent être patients. Lentement, nous allons ramener tout à la normale. Cela prendra du temps », a déclaré Hekmatullah Wasiq.

Mardi matin, les signes du chaos de ces derniers jours étaient encore visibles. Dans le terminal, des bagages et des vêtements déchirés jonchaient le sol, à côté de liasses de documents. Des fils de fer en accordéon séparaient encore certaines zones, tandis que des voitures renversées et des véhicules en stationnement bloquaient les routes autour de l’aéroport civil.

Les véhicules transportant les talibans ont fait des allers-retours le long de l’unique piste de l’aéroport international Hamid Karzai, du côté militaire de l’aérodrome. Avant l’aube, des combattants talibans lourdement armés ont traversé les hangars, passant devant certains des sept hélicoptères CH-46 utilisés par le département d’État pour ses évacuations avant de les rendre inutilisables.

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, s’est adressé aux membres réunis de l’unité Badri. « J’espère que vous serez très prudents dans vos relations avec la nation, a-t-il déclaré. Notre nation a subi la guerre et l’invasion et le peuple n’a pas plus de tolérance », a-t-il ajouté, avant d’évoquer le redémarrage des opérations à l’aéroport. Qui reste une porte de sortie essentielle pour ceux et celles qui voudraient quitter le pays.

 

Crédits photo : Des combattants talibans montent la garde à l’intérieur de l’aéroport international Hamid Karzai après le retrait des États-Unis à Kaboul, en Afghanistan, mardi 31 août 2021 (AP Photo/Kathy Gannon).

Partages